DSO Open 8 janvier 2020

Rencontre avec Xavier Milin


Afin de renforcer une croissance organique, une société à fort potentiel de croissance a la possibilité de créer un effet de levier économique grâce à des intervenants financiers extérieurs. Cette démarche stratégique et complexe relève du capital-investissement, un outil majeur de l’industrie financière en pleine croissance ces dernières années.

« Lever des fonds, c’est donner du carburant à son projet » La formule chère à l’auteur et spécialiste des levées de fonds Xavier MILIN[1] reflète les résultats obtenus par l’attractivité de ce mode de financement et d’accompagnement des sociétés.

Face à l’entrée des investisseurs au capital de la société, la levée de fonds suscite des problématiques importantes liées à la dilution en capital des associés fondateurs et à la perte de leurs pouvoirs décisionnels.

Xavier MILIN répond à nos interrogations dans une interview conçue spécialement pour les dirigeants d’entreprise.

[1] Citation de Xavier MILIN issue de son livre Lever des fonds-Comprendre et maîtriser toutes les étapes, 2018.

 

portrait

RENCONTRE AVEC XAVIER MILIN [1]

SON EXPÉRIENCE DANS LES LEVÉES DE FONDS

« Le pacte est primordial car il définit l’avenir de la relation entre fondateurs et investisseurs » Xavier MILIN, CEO BASICS FINANCE

Ayant lu votre livre « Lever des fonds, Comprendre et maîtriser toutes les étapes », votre citation « Lever des fonds c’est donner du carburant à son projet » définit essentiellement l’enjeu et l’intérêt du capital-investissement. Comment pouvez-vous décrire l’intérêt pour un dirigeant fondateur de procéder à une levée de fonds ?

XAVIER MILIN : En plus du cash, faire entrer un ou plusieurs investisseurs chez soi permet de : s’entourer de nouvelles compétences, étoffer son board et par conséquent son approche stratégique, faire parler de soi (la fameuse émission de BFM), rassurer son banquier et fortifier ses fonds propres, et ouvrir un carnet d’adresses !!

Au cours de votre cursus professionnel, vous accompagnez les dirigeants et protégez leurs intérêts. Afin d’anticiper au mieux les différents enjeux de l’entrée au capital d’investisseurs extérieurs, placez-vous également du côté des investisseurs ? Quel est l’intérêt ?

XM : L’investisseur a souvent des intérêts qui varient en fonction du type d’investisseur même. Mais il y a toujours un point commun : quels fruits retirer des investissements (dividendes, sorties à 3 ou 5 ans, build up…) ?

La valorisation de l’entreprise est une étape essentielle pour la négociation auprès des investisseurs. Avez-vous une méthode à recommander ?

XM : Ne pas trop se stresser sur ce sujet. Il y a tellement de méthodes différentes et quand on est une startup, tout est basé sur du projectif. C’est donc un accord entre parties. Par contre il est essentiel de bien se protéger dans les pactes d’actionnaires car parfois la valorisation n’est qu’un sujet parmi beaucoup d’autres.

Les deux problématiques principales lors d’une levée de fonds sont la dilution du capital des associés fondateurs et la perte de leurs pouvoirs décisionnels. Afin d’anticiper au mieux ce risque pour les dirigeants, pensez-vous que la rédaction d’un pacte d’actionnaire est essentielle ? Si oui, quelles clauses obligatoires doit-il comporter pour protéger les intérêts des associés ?

XM : Le pacte est primordial car il définit l’avenir de la relation entre fondateurs et investisseurs. Toutes les clauses sont importantes. Par contre attention, la négociation démarre le plus souvent au niveau de la Lettre d’Intention.

Afin de « reluer » le capital des dirigeants fondateurs, vous conseillez de mettre en place un management package. Quels sont les intérêts ?

XM : Le management package est toujours un des sujets de discussion lors d’un investissement. Personne n’a envie que les fondateurs vivent dans de mauvaises conditions. Donc tout le monde va dans le sens d’un package correct. Il faut simplement éviter d’abuser. Le package peut permettre via des processus intéressants en effet un peu de relution de la part des fondateurs, si les objectifs sont dépassés par exemple. On met en place un plan de BSPCE directement pour les fondateurs.

Pour finir, comment pouvez-vous conseiller un entrepreneur pour anticiper la sortie des investisseurs ? Le prix de sortie doit-il être obligatoirement déterminé à l’avance, ou peut-il être revu au cours de la période d’investissement ?

XM : On ne connaît jamais le prix de sortie. Personne n’a de boule de cristal. On prend rendez-vous avec les investisseurs afin de se mettre d’accord sur les dates importantes de la vie de l’entreprise. Un investisseur digne de ce nom aura déjà en tête plusieurs sorties possibles (revente, bourse, nouvelles levées). Je conseillerais donc simplement à l’entrepreneur de se préparer à l’éventualité d’une sortie, car c’est souvent là que les choses sont difficiles pour lui.

Propos recueillis par Julie JOBERT –  Chef de Mission – Expert-comptable mémorialiste chez DSO

[1] Xavier MILIN est l’auteur du livre « Lever des fonds, Comprendre et maîtriser toutes les étapes » paru en 2018 dans les Éditions Diateno. Ancien élève de l’INSEAD, il exerce depuis 25 ans en tant que directeur financier auprès d’entreprises innovantes en France et à l’international. Business Angel, administrateur indépendant certifié de Sciences Po Paris, il accompagne depuis 2012 des entrepreneurs dans leurs problématiques de levées de fonds, sujet qu’il enseigne par ailleurs auprès d’écoles et d’incubateurs

Autres articles